29 septembre 2020

De nouvelles données confirment le solide profil clinique de VITRAKVI® chez les patients de tout âge qui sont atteints de cancer avec fusions TRK, y compris de tumeurs du poumon ou de la thyroïde

• Selon un ensemble de données élargi composé de 175 adultes et enfants, le taux de réponse globale (TRG) a été de 78 % et la survie sans progression (SSP) médiane a été de plus de 3 ans (36,8 mois), ce qui démontre un bienfait prolongé. • La majorité des effets indésirables ont été de grade 1 ou 2, et il n’y a pas eu de nouveaux signaux de sécurité. • Selon les sous-ensembles de données sur le cancer du poumon et le cancer de la thyroïde, les TRG ont été systématiquement élevés (71 % et 75 %, respectivement) et la réponse a été durable (taux de réponse de 88 % et 95 %, respectivement, après 12 mois). • Le TRG a été de 71 % chez les patients de l’ensemble de données intégrées qui présentaient des métastases cérébrales (n = 14) et de 57 % chez les patients atteints de cancer du poumon qui présentaient des métastases cérébrales (n = 7).

MISSISSAUGA (Ontario), 29 septembre 2020 – La mise à jour des données cliniques sur VITRAKVI® (larotrectinib) confirme l’efficacité systématique et prolongée, ainsi que le profil d’innocuité favorable, de ce médicament anticancéreux de précision dans un ensemble de données intégrées composé de 175 adultes et enfants atteints de cancer avec fusions TRK (récepteur de la tropomyosine kinase). De plus, de nouvelles sous-analyses sur des types tumoraux particuliers (tumeur du poumon et tumeur de la thyroïde) démontrent que la réponse est durable et que le profil d’innocuité est favorable. Ces résultats ont été présentés au Congrès virtuel de l’ESMO, qui s’est tenu du 19 au 21 septembre 2020.

« Les données sur le larotrectinib démontrent que les réponses sont systématiques et durables et que le profil d’innocuité est favorable, ce qui m’aide à choisir l’option thérapeutique appropriée pour mes patients atteints de cancer avec fusions TRK, a déclaré le professeur Ray McDermott, du St. Vincent University Hospital et du Tallaght Hospital, en Irlande. Ces réponses cliniquement pertinentes soulignent qu’il est urgent de généraliser la recherche des fusions du gène NTRK, afin d’identifier les patients qui sont les plus susceptibles de profiter d’un traitement plus rapide par ce médicament. »

Ensemble de données intégrées composé d’adultes et d’enfants

Selon un ensemble d’analyse élargi dans lequel la durée du suivi était plus longue (date butoir du 15 juillet 2019), composé de 175 patients (116 adultes et 59 enfants) atteints de cancer avec fusions TRK, VITRAKVI® a systématiquement produit un taux de réponse globale (TRG) évalué par l’investigateur de 78 % (intervalle de confiance [IC] de 95 % de 71 à 84), soit un taux de réponse complète de 19 % et un taux de réponse partielle de 59 %. La maladie a été stable chez 13 % des patients et a progressé chez 7 % des patients. Chez les 14 patients présentant des métastases du système nerveux central (SNC), le TRG a été de 71 % (IC de 95 % de 42 à 92).

La durée médiane de la réponse n’était pas estimable après un suivi médian de 13,5 mois et, après 12 mois, le taux de réponse était de 81 % (IC de 95 % de 73 à 89). La survie sans progression (SSP) médiane a été de 36,8 mois (IC de 95 % de 25,7 à NE [non estimable]) après un suivi médian de 13,8 mois, ce qui démontre, quand on compare aux analyses antérieures, que le traitement produit un avantage durable. La survie globale (SG) médiane n’avait pas été atteinte après 15,3 mois de suivi, mais le taux médian estimatif de SG était de 90 % (IC de 95 % de 85 à 95) après 12 mois et de 83 % (IC de 95 % de 75 à 90) après 24 mois. À la date butoir de collecte des données, 100 patients (57 %) recevaient toujours le traitement et 32 patients (18 %) poursuivaient le traitement après la progression.

Dans la population élargie visée par l’analyse de l’innocuité, composée de 279 patients, dont 34 patients traités par VITRAKVI® pendant plus de 24 mois, les effets indésirables ont surtout été des grades 1 et 2, et il n’y a pas eu de nouveaux signaux de sécurité. Des EI graves liés à VITRAKVI® ont été signalés chez 5 % des patients (15 sur 279); les effets indésirables graves les plus fréquents de grade 3/4 ont été l’augmentation de l’alanine aminotransférase, l’augmentation de l’aspartate aminotransférase et les nausées (n = 2 dans chacun des cas).

« Destiné spécifiquement au traitement du cancer avec fusions TRK, VITRAKVI® représente un important progrès dans le traitement tant des adultes que des enfants atteints de cancer avec fusions TRK et un véritable changement de paradigme en matière de traitement du cancer, en vertu duquel le traitement est fondé sur le facteur oncogénique plutôt que sur le site de la tumeur, a affirmé le docteur Scott Z. Fields, vice‑président principal et chef du développement de l’Unité d’oncologie des Produits pharmaceutiques de Bayer. Ces données confirment le solide profil clinique de VITRAKVI® : elles représentent le plus vaste ensemble de données issues de la plus longue période de suivi de tous les inhibiteurs de TRK, et témoignent de notre engagement de longue date envers le développement de traitements novateurs pour les patients. »

VITRAKVI® contre les cancers du poumon et de la thyroïde

Selon une sous-analyse portant sur 14 adultes lourdement prétraités atteints de cancer métastatique du poumon hébergeant une fusion du gène NTRK (récepteur tyrosine-kinase de la neurotrophine), le TRG a été de 71 % (IC de 95 % de 42 à 92) comme selon les analyses antérieures, malgré une année de suivi de plus. Il y a eu un cas de réponse complète, neuf cas de réponse partielle, trois cas de maladie stable et un cas de maladie progressive. Chez les patients présentant des métastases cérébrales (n = 7), le TRG a été de 57 % (IC de 95 % de 18 à 90). Après un suivi médian de 12,9 mois, la durée médiane de la réponse n’était pas estimable (IC de 95 % de 5,6 mois à NE). Après 12 mois, environ 88 % des patients répondaient toujours au traitement. Après un suivi médian de 14,6 mois, la durée médiane de la SSP n’avait pas été atteinte (IC de 95 % de 7,2 à NE) et après 12 mois ou plus, le taux estimatif de SSP était de 69 %. La SG médiane n’avait pas été atteinte (IC de 95 % de 17,2 à NE) après un suivi médian de 12,6 mois et 91 % des patients étaient toujours en vie après 12 mois. VITRAKVI® a été bien toléré pendant toute la durée du traitement (2,1 à 39,6+ mois) et trois patients sur sept qui présentaient des métastases du SNC recevaient toujours le traitement à la date butoir de collecte des données. Les effets indésirables apparus sous traitement ont surtout été des grades 1 et 2, ce qui démontre le profil d’innocuité à long terme favorable de VITRAKVI®.

Une analyse distincte portant sur 28 adultes et enfants atteints de cancer de la thyroïde avec fusions TRK localement avancé ou métastatique a révélé que le TRG était de 75 % (IC de 95 % de 55 à 89) et qu’il y avait deux cas de réponse complète et 19 cas de réponse partielle. Le TRG était de 29 % chez les patients dont le cancer était anaplasique (n = 7), sous-type agressif rare du cancer de la thyroïde. Dans les cas d’histologie différenciée (n = 21), le TRG était de 90 %. Chez les quatre patients qui présentaient des métastases du SNC au départ, la réponse était partielle, et trois d’entre eux poursuivaient le traitement. La durée médiane de la réponse n’était pas estimable (IC de 95 % de 14,8 mois à NE) après un suivi médian de 10,2 mois, mais environ 95 % des patients répondaient toujours au traitement après 12 mois (IC de 95 % de 85 à 100). La SSP médiane n’était pas estimable (IC de 95 % de 16,6 mois à NE) après un suivi médian de 12,8 mois, mais le taux estimatif de SSP était de 81 % (IC de 95 % de 67 à 96) après 12 mois et de 70 % (IC de 95 % de 45 à 94) après 18 mois. La SG médiane était de 27,8 mois (IC de 95 % de 16,7 à NE) et le taux estimatif de SG après 12 mois était de 92 % (IC de 95 % de 82 à 100). Chez les patients atteints de cancer anaplasique de la thyroïde, la SG médiane a été de 14,1 mois (IC de 95 % de 2,6 à NE), tandis que chez les patients atteints de cancer différencié de la thyroïde, la SG médiane n’a pas été atteinte. Les effets indésirables ont surtout été des grades 1 et 2, ce qui démontre encore une fois l’innocuité et la tolérabilité de VITRAKVI®.

L’ensemble de données intégrées a été constitué en réunissant les données des trois essais cliniques sur le larotrectinib (NCT02122913 [étude 20288], NCT02576431 [étude NAVIGATE 20289] et NCT02637687 [étude SCOUT 20290]) menés auprès d’adultes et d’enfants atteints de cancer avec fusions TRK. Les sous-groupes de données sur les cancers du poumon et de la thyroïde ont été constitués en réunissant les données de deux essais cliniques sur le larotrectinib (NCT02122913 et NCT02576431).

À PROPOS DE VITRAKVI (larotrectinib)

VITRAKVI® (larotrectinib), premier médicament de la classe des inhibiteurs de TRK à prise orale, est exclusivement destiné au traitement des tumeurs hébergeant une fusion du gène NTRK. On a démontré qu’il produisait des taux de réponse élevés et une réponse durable pendant trois ans chez les adultes et les enfants atteints de cancer avec fusions TRK, y compris de tumeurs du système nerveux central (SNC). VITRAKVI® est associé au plus vaste ensemble de données et à la plus longue période de suivi de tous les inhibiteurs de TRK. Les essais se poursuivent : les résultats obtenus chez 153 patients ont été publiés dans la revue The Lancet Oncology (février 2020) et d’autres mises à jour des données seront présentées dans le cadre de réunions scientifiques à venir.

Santé Canada a délivré un avis de conformité avec conditions (AC-C) pour VITRAKVI® (larotrectinib) en juillet 2019. Au Canada, VITRAKVI® est approuvé pour le traitement des adultes et des enfants porteurs de tumeurs solides qui présentent une fusion d’un gène NTRK sans mutation de résistance acquise connue, qui sont métastatiques ou dont la résection chirurgicale serait susceptible d’entraîner une morbidité grave, et pour lesquelles il n’y a pas d’autres options thérapeutiques satisfaisantes. Le traitement par VITRAKVI® doit être amorcé après la confirmation, par un test validé, de la présence d’une fusion du gène NTRK dans un échantillon tumoral.

Après le rachat de Loxo Oncology par Eli Lilly and Company en février 2019, Bayer a obtenu les droits exclusifs afférents au développement et à la commercialisation à l’échelle mondiale du larotrectinib. Bayer détient aussi les droits exclusifs pour le sélitrectinib (BAY 2731954), un inhibiteur de TRK expérimental en voie de développement clinique.

À propos des cancers avec fusions TRK

Un cancer avec fusions TRK apparaît quand un gène NTRK fusionne avec un autre gène non apparenté pour produire une protéine TRK anormale. La protéine anormale, ou protéine de fusion TRK, devient constitutivement active ou surexprimée et déclenche une cascade de signalisation. Les protéines de fusion TRK agissent comme des facteurs oncogéniques en favorisant la prolifération et la survie des cellules, ce qui entraîne un cancer avec fusions TRK dans une région quelconque de l’organisme. Le cancer avec fusions TRK n’est pas limité à certains types de tissus et peut se développer dans n’importe quelle région de l’organisme. Il cause chez les adultes et les enfants des tumeurs solides ayant une incidence variable, dont le cancer du poumon, le cancer de la thyroïde, les cancers gastro-intestinaux (cancer du côlon, cholangiocarcinome, cancer du pancréas et cancer de l’appendice), le sarcome, les cancers du SNC (gliome et glioblastome), le cancer des glandes salivaires (carcinome sécrétoire analogue mammaire) et les cancers de l’enfant (fibrosarcome infantile et sarcome des tissus mous de l’enfant).

À propos de l’oncologie chez Bayer

Bayer concrétise sa mission, La science améliore la vie, en élargissant l’éventail de ses traitements novateurs. Au Canada, le portefeuille d’anticancéreux de Bayer comporte maintenant six produits commercialisés et plusieurs autres molécules qui sont à divers stades de développement clinique. Les activités de recherche de Bayer mettent l’accent sur les médicaments de nouvelles classes thérapeutiques sur les plateformes scientifiques suivantes : signalisation oncogénique, thérapies alpha ciblées et immuno-oncologie. Dans les domaines d’intérêt, le portefeuille comporte plusieurs traitements contre le cancer de la prostate sur le marché ou en développement, qui visent à prolonger la survie tout en limitant les effets secondaires aux divers stades de la maladie. Le développement d’anticancéreux de précision novateurs est un autre important domaine d’intérêt de Bayer, qui a obtenu l’homologation d’un inhibiteur de TRK exclusivement destiné au traitement des tumeurs hébergeant une fusion du gène NTRK, facteur oncogénique responsable de la croissance et de la propagation des tumeurs, et a un autre inhibiteur de TRK en développement. Les domaines d’intérêt sont le reflet de l’approche de recherche de l’entreprise, qui met l’accent sur les cibles et les voies susceptibles de modifier la façon dont le cancer est traité.

À propos de Bayer

Bayer est une société internationale dont les principales activités sont concentrées dans les sciences de la vie, soit les soins de santé et la nutrition. Ses produits et services visent à améliorer le bien-être des personnes en soutenant les efforts déployés pour surmonter les défis de taille que présentent la croissance et le vieillissement de la population globale. En même temps, le groupe vise à accroître sa capacité bénéficiaire et à apporter de la valeur grâce à l’innovation et à l’expansion. Bayer souscrit aux principes du développement durable et est reconnue partout dans le monde pour la fiabilité et la qualité de ses produits. Lors de l’exercice financier de 2019, le groupe comptait environ 104 000 employés et a réalisé des ventes de 43,5 milliards d’euros. Les dépenses en capital ont été de 2,9 milliards d’euros, et les dépenses en recherche et développement, de 5,3 milliards d’euros. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez www.bayer.ca.

Personnes-ressources :

Bayer Inc.

Service des communications

905-282-5541

mediacanada@bayer.com