Cultiver la relève en agriculture

Expériences scientifiques

Des élèves de l’élémentaire font des expériences scientifiques en classe.

L’évolution du secteur agricole du Canada dépend en grande partie de sa capacité à susciter et à cultiver l’intérêt des jeunes esprits novateurs. Il est essentiel que les agriculteurs et les intervenants du secteur encouragent les prochaines générations à envisager une carrière prometteuse en agriculture, quels que soient leurs champs d’intérêts ou de compétences.

Le fait est que nous devons tous manger pour survivre. Sans une alimentation adéquate, nous ne pouvons apprendre, évoluer ou contribuer à la société. La population mondiale devrait atteindre 8,5 milliards d’ici 2030; le secteur agricole a donc l’importante responsabilité de subvenir à ses besoins. Il a aussi l’occasion d’avoir plus de poids sur le plan économique en prenant de l’expansion pour nourrir la communauté mondiale. De nos jours, le secteur agricole est un moteur crucial de l’économie canadienne : il représente plus de 122 milliards de dollars du produit intérieur brut (PIB) annuel du pays.

Cependant, le secteur agricole connait une croissance difficile et risque de perdre des millions de dollars en ventes potentielles. Selon le Conseil canadien pour les ressources humaines en agriculture, ce risque serait attribuable au vieillissement de la main-d’œuvre, d’autant plus que l’on compte 600 jeunes de moins qui arrivent dans ce secteur chaque année. Le nombre de postes vacants en agriculture devrait atteindre 123 000 au cours des dix prochaines années, et ces lacunes en matière de talent risquent de nuire encore plus à la capacité du secteur à maintenir sa valeur économique.

Il est donc très important que les agriculteurs et les intervenants du secteur mettent tout en œuvre pour encourager la prochaine génération à entreprendre une carrière en agriculture. En investissant dans des initiatives éducatives et communautaires, Bayer souhaite encourager et motiver les jeunes en leur montrant la multitude d’occasions que présente le secteur, tant sur qu’à l’extérieur de la ferme.

EXPÉRIENCE PRATIQUE

De nos jours, la plupart des enfants ne grandissent pas sur des fermes et n’ont pas de lien très étroit avec la nourriture qu’ils consomment. Il leur faut des occasions de mieux connaître le secteur agricole et de découvrir en quoi leurs intérêts, tels que la science, les technologies, l’ingénierie et les mathématiques (STIM), peuvent grandement contribuer à l’avenir de la production alimentaire.

Les programmes offerts par les 4-H du Canada visent à susciter l’intérêt des jeunes envers l’agriculture en leur donnant l’occasion de développer leurs compétences grâce à des formations pratiques. « Les activités d’apprentissage par investigation, telles que l’Expo-sciences des 4-H, sont fondamentales pour former les jeunes scientifiques dont les découvertes mèneront à des percées technologiques déterminantes pour le secteur agricole, affirme Shannon Benner, présidente-directrice générale des 4-H du Canada. En permettant aux étudiants d’explorer les aspects scientifiques de l’agriculture, nous leur présentons une foule d’occasions auxquelles ils n’auraient peut-être jamais pensé. »

La foire scientifique 4-H Canada
Participants à la foire scientifique 4-H Canada de 2018. Photo : Johanna Matthews, de Dalhousie

MOBILISATION EN CLASSE

Les jeunes en milieu urbain, où l’importance de l’agriculture semble moins apparente, doivent aussi être plus exposés au secteur agricole. La salle de classe est un bon endroit pour présenter des occasions qui vont au-delà de la ferme et touchent à des domaines comme les STIM et les affaires. L’initiative ThinkAg d’Agriculture en classe Canada permet aux étudiants d’avoir un contact direct avec les professions agricoles, quels que soient leurs compétences et leurs intérêts.

DES SOLUTIONS GRÂCE À LA SCIENCE

Parlons sciences est une autre organisation canadienne qui vise à stimuler l’esprit créatif des jeunes. Le mantra de l’organisme consiste à inspirer une passion pour les STIM chez les jeunes générations. Selon le site Web de l’organisme, des métiers spécialisés aux professions dans le domaine de la santé, quelque 70 % des meilleurs emplois au Canada exigent désormais un certain niveau de formation en STIM. Pourtant, moins de la moitié des élèves suivent des cours avancés dans ces disciplines. Ces statistiques sont alarmantes, surtout dans le secteur agricole, où d’importantes percées s’imposent en matière d’infrastructure et de technologies numériques, de génétique des plantes, d’intrants agricoles et de solutions liées à la chaîne alimentaire.

OCCASIONS À L’ÉCHELLE MONDIALE

« Pour préparer le secteur agricole canadien à relever les défis de plus en plus grands auxquels il est confronté, il ne faut pas voir les choses uniquement du point de vue local, déclare Kelly Hodgins, ancienne déléguée du Sommet des jeunes en agriculture de Bayer. Nos futurs leaders doivent avoir une vision mondiale : ils doivent savoir comment les divers systèmes alimentaires sont interreliés et avoir un bon réseau à l’échelle mondiale. »

Sommet des jeunes en agriculture
Délégués du Sommet des jeunes en agriculture de 2019, au Brésil

Le Sommet des jeunes en agriculture bisannuel de Bayer vise essentiellement à encourager les jeunes de 18 à 25 ans à adopter et à mettre en œuvre des solutions novatrices qui répondent au besoin de l’humanité de nourrir une population de plus en plus grande à l’échelle planétaire. Les participants ont l’occasion d’interagir avec des leaders et des délégués des quatre coins du globe pour développer leurs compétences afin de mettre en œuvre leurs propres projets de sécurité alimentaire et de devenir des décideurs et des leaders du secteur au sein de leur communauté.

BOURSES D’ÉTUDES

Alors, le secteur agricole, ça vous dirait? Bayer, parmi d’autres, offre des bourses d’études universitaires pour aider les personnes qui veulent faire carrière dans le secteur agricole et alimentaire. Peu importe votre passion ou votre talent, les établissements postsecondaires canadiens donnent à la prochaine génération l’occasion d’étudier dans ce domaine stimulant.

Au Canada, les prochaines générations devront composer avec des exigences et des défis bien réels et, pour ceux qui sont prêts à s’y attaquer, de belles occasions n’attendent qu’à être saisies. D’importants investissements et encouragements visant à susciter l’engouement des jeunes de talent pour le secteur agricole leur permettront d’avoir une carrière formidable et significative et aideront aussi le Canada à rester un chef de file en matière de production alimentaire mondiale.