Bayer appuie des entreprises canadiennes novatrices en santé numérique

Le programme d’innovation ouverte de Bayer permet la concrétisation d’excellentes idées.

Une montre-bracelet qui surveille l’activité cardiaque en tout temps et envoie des alertes en cas de besoin pour offrir liberté et paix d’esprit aux personnes à risque de crise cardiaque. Un dispositif portatif pratique qui analyse le taux de nombreuses vitamines à partir d’une seule goutte de sang, offrant des résultats de qualité laboratoire en quelques minutes, à la maison ou en clinique. Ces innovations canadiennes remarquables dans le domaine de la santé numérique ont le potentiel de transformer l’industrie. Elles ne sont pas disponibles pour l’instant, mais le programme Grants4AppsMC (G4A) de Bayer est là pour s’assurer que les brillants esprits à l’origine de ces produits obtiennent l’aide dont ils ont besoin pour réussir.

Amina Health obtient une subvention mondiale de Bayer

Des personnes telles que Bobby Green, cofondateur et directeur de l’exploitation de Vitameter, récemment renommée Amina Health, travaillent d’arrache-pied pour commercialiser un nouveau dispositif d’analyse des taux de vitamines. Vitameter est la seule entreprise canadienne ayant reçu une subvention mondiale du programme G4A de Bayer à ce jour, soit un financement de démarrage de 50 000 € et l’occasion de passer 100 jours au site de Bayer à Berlin en 2015 pour apprendre et travailler avec notre équipe d’experts.

« Lorsque nous avons fait notre demande pour la subvention de Bayer, nous avions une première validation de principe, mais nous avions grandement besoin d’aide pour valider la technologie et le marché, et pour comprendre comment tous ces éléments étaient interreliés, explique Bobby. Bayer a une réputation exceptionnelle; cette occasion est merveilleuse pour une entreprise médicale en démarrage, parce que Bayer est forte de crédibilité, et ses mentors ont une excellente compréhension de l’industrie. »

Shurjeel Choudhri

Aucune entreprise, quelle que soit son inventivité, ne peut avoir le monopole des bonnes idées.

Fondé à Berlin en 2013, G4A est devenu un programme mondial ayant pour but d’aider les entreprises novatrices en démarrage à croître, et ce, afin de stimuler l’avancement et de créer une perturbation positive au sein de l’industrie des soins et de la santé numérique. Jusqu’à maintenant, plus de 50 jeunes entreprises de 13 différents pays ont reçu une subvention du programme  à l’échelle mondiale. Les critères comprennent le caractère unique de l’idée ainsi que son potentiel, la maturité de l’entreprise, les prototypes existants du produit, l’équipe en place, ainsi que la pertinence de l’innovation par rapport aux domaines d’expertise et d’intérêts de Bayer.

Plus de 100 personnes dans le réseau de Bayer participent au processus de sélection du programme mondial, y compris Shurjeel Choudhri, chef du service des Affaires médicales et scientifiques et premier vice-président de Bayer Inc. Shurjeel était l’un des premiers à vouloir soutenir les innovations en santé numérique chez Bayer, et il est toujours un ardent défenseur de l’engagement de l’entreprise à l’égard de l’innovation ouverte.

« Aucune entreprise, quelle que soit son inventivité, ne peut avoir le monopole des bonnes idées, explique Shurjeel. Nous possédons une vaste expertise en matière de développement de médicaments, mais pas dans bien d’autres domaines, par exemple les technologies numériques ou les tests diagnostiques. Toutefois, les idées novatrices dans ces autres domaines sont souvent complémentaires à nos stratégies de développement et de commercialisation de médicaments. »

Il ajoute : « Certaines universités travaillent aussi à certains projets qui pourraient contribuer à nos initiatives de recherche et développement. Il est important d’entretenir des relations avec les universités canadiennes et de profiter des recherches excitantes qui s’y déroulent. Des idées de grande valeur sont issues de la science participative. »

HelpWear Teachnologies obtient une subvention canadienne de Bayer

HelpWear Wearable Technologies Inc.
En plus d’être l’un des tout premiers récipiendaires de Grants4Apps de Bayer Canada, l’équipe HelpWear a présenté avec succès la HeartWatch lors de l’émission Dragon’s Den.

André Bertram, cofondateur et président-directeur général de HelpWear Wearable Technologies Inc., peut lui aussi témoigner des avantages communs du programme G4A. Le dispositif de HelpWear, nommé HeartWatch, surveille la tension artérielle, la fréquence cardiaque et la teneur en oxygène du sang de l’utilisateur en tout temps à l’aide d’une technologie électrocardiographique exclusive qui aide à prédire la survenue d’une crise cardiaque. La montre HeartWatch peut même alerter les services médicaux d’urgence, au besoin. HelpWear est l’un des trois bénéficiaires du premier programme Grants4Apps canadien en 2017. L’entreprise a reçu 10 000 $ CA et l’occasion de passer 88 jours au siège social de Mississauga pour travailler avec les mentors de Bayer. Les autres bénéficiaires étaient Avro Life Science et l’Initiative d’engagement des patients dans les soins complexes de Mozazz.

La HeartWatch de HelpWear fait le suivi de la tension artérielle, de la fréquence cardiaque et du taux d’oxygène sanguin, 24 h sur 24.

Amina Health, anciennement Vitameter, est la première et seule entreprise canadienne à recevoir une subvention mondiale Grants4Apps de Bayer, et ce, pour son moniteur de nutriments.

Lorsque tu obtiens la reconnaissance d’une grande entreprise pharmaceutique comme Bayer, soudainement, c’est comme si ton entreprise de deux ans et demi avait réellement 150 ans, ajoute-t-il.

HelpWear a été fondée en 2015 par André et Frank Nguyen, qui étaient alors en dernière année du secondaire. Pour André, cette association avec Bayer a changé la donne.

« Le plus grand défi d’une jeune entreprise de dispositif médical dans l’industrie canadienne est d’établir et de consolider des relations avec des partenaires cliniques qui deviendront ultérieurement des partenaires de développement, explique André. Plus particulièrement, pour une entreprise de dispositif fondée par deux personnes de moins de 20 ans, c’est incroyablement difficile de trouver des influenceurs importants qui pourront aider à concevoir et à construire la technologie dans son ensemble. »

« Lorsque tu obtiens la reconnaissance d’une grande entreprise pharmaceutique comme Bayer, soudainement, c’est comme si ton entreprise de deux ans et demi avait réellement 150 ans, ajoute-t-il. Les employés de Bayer, et le statut de l’entreprise à lui seul, ont grandement contribué à la croissance rapide de notre réseau clinique, de notre réseau d’utilisateurs et de notre réseau de partenaires. »

Antonio Ciaccia

Ce programme nous permet de prendre conscience de ce qui se passe à l’extérieur de nos activités pharmaceutiques quotidiennes, dit-il. On peut mieux constater les changements qui s’opèrent sur les marchés, et les progrès en lien avec la numérisation de la santé

Antonio Ciaccia, directeur et chef, Médecine cardiovasculaire – Affaires médicales et scientifiques chez Bayer Canada, a particulièrement aidé André et son équipe. Antonio a joué le rôle de mentor pour l’équipe de HelpWear pendant son séjour dans nos bureaux en 2017, et il affirme que d’autres employés de Mississauga ont également profité de cette interaction.

« L’équipe d’André a insufflé une énergie nouvelle à notre groupe, se remémore Antonio. C’est une équipe dynamique, dont le but est de lancer son produit sur le marché le plus rapidement possible. Nous avons la même mentalité, mais leur équipe est plus petite, plus agile, et moins axée sur les processus. Leur enthousiasme était contagieux, et nous tenions à les aider autant que possible. »

Des répercussions énormes qui appuient notre mission « La science améliore la vie »

Pour Bobby et André, grâce à des programmes comme G4A, Bayer offre une occasion de classe mondiale que toutes les entreprises en démarrage dans le domaine de la santé numérique devraient saisir.

Les récipiendaires de subventions G4A

Les récipiendaires de subventions Grants4Apps viennent acquérir de l'expérience et former des relations en travaillant dans les bureaux de Bayer; leur énergie d’entrepreneur et leur point de vue innovateur sont également utiles à Bayer.

« Cette subvention a eu des répercussions énormes sur nous, affirme Bobby, qui explique que cette expérience a aidé Amina Health à se décider à poursuivre un chemin plus long et plus rigoureux que celui qu’ils avaient d’abord prévu, afin d’obtenir une approbation réglementaire au Canada qui les aidera, selon eux, à créer un effet plus important. Notre expérience de travail chez Bayer nous a permis d’éviter de nombreuses erreurs qui auraient pu détruire notre entreprise. Ce que nous y avons appris a certainement permis à notre entreprise de devenir ce qu’elle est aujourd’hui. »

André raconte que HelpWear a mis à profit les conseils obtenus et l’expérience acquise grâce au programme G4A pour construire ce qu’il appelle sa « bible stratégique », qui continuera de les aider à orienter leurs décisions dans l’avenir. Il conseille aux jeunes entreprises qui envisagent de s’inscrire de planifier soigneusement le temps qu’elles passeront chez Bayer.

« Vous passerez trois mois dans une entreprise en sciences de la vie parmi les plus grandes, les plus anciennes et les plus réputées de la planète. Pour que cette collaboration ne vous apporte pas seulement une subvention de 10 000 $, mais aussi une valeur à long terme de 200 000 $, voire 1 million, vous devez vous arrêter un moment et penser sérieusement à la façon dont Bayer peut vous aider. Réfléchissez à ce que vous souhaitez tirer de cette occasion, et Bayer vous aidera à l’obtenir. »

« Bayer a trouvé un moyen de soutenir l’innovation, d’abord en Allemagne et maintenant au Canada, remarque André. Je vous garantis que Bayer ne désire rien d’autre que vous aider. »

Antonio confirme que c’est bien l’objectif du programme, mais il croit que les avantages pour Bayer vont au-delà de la philanthropie.

« Ce programme nous permet de prendre conscience de ce qui se passe à l’extérieur de nos activités pharmaceutiques quotidiennes, dit-il. On peut mieux constater les changements qui s’opèrent sur les marchés, et les progrès en lien avec la numérisation de la santé. De nombreuses perturbations s’en viennent, et nous devrions être en mesure de les prévoir. »

C’est aussi l’opinion de Shurjeel.

« Je crois que nous sommes des chefs de file en matière d’innovation ouverte, déclare Shurjeel. C’est une expérience merveilleuse qui nous met en interaction avec des entreprises en démarrage aux idées novatrices. On apprend à connaître certaines des technologies en santé les plus excitantes qui soient. »

Invitation aux novateurs canadiens : programmes Innovation ouverte de Bayer

Le programme G4A est seulement l’une des nombreuses facettes de l’approche d’innovation ouverte de Bayer, qui comprend bon nombre d’initiatives en matière de science participative et de collaboration. Ce programme a débuté en 2009. Depuis, il a contribué à soutenir plus de 285 projets dans 60 pays.

Shurjeel Choudhri, chef des Affaires médicales et scientifiques de Bayer Canada, croit que les entreprises canadiennes sont sans égal en ce qui concerne l’innovation dans le secteur de la santé numérique.

« Nous comptons parmi nous certaines des personnes les plus innovantes du monde, affirme Shurjeel. Pourtant, lorsque nous avons jeté un œil aux candidatures pour le programme Grants4Apps mondial, nous n’y avons trouvé que peu de Canadiens. Nous souhaitons stimuler les entreprises en démarrage canadiennes et encourager les chercheurs du Canada à soumettre leur demande. »

Dans ce but, Bayer organise un deuxième défi Grants4Apps à Toronto, actuellement prévu pour 2019. Mais l’engagement de l’entreprise envers l’innovation canadienne ne se limite pas au secteur de la santé numérique. Les entreprises en démarrage et les chercheurs canadiens sont aussi encouragés à soumettre leur candidature pour n’importe lequel des programmes d’innovation ouverte de Bayer qui s’applique à leurs projets.

Soutient la recherche sur de nouvelles cibles thérapeutiques pour des applications dans les domaines d’intérêt de Bayer (oncologie, gynécologie, cardiologie [y compris maladies rénales] et hémophilie).

Aide les jeunes chercheurs à développer de nouvelles idées pour la protection des cultures.

Soutient des nouvelles idées qui donneront naissance à des produits commerciaux d’avant-garde en matière de semences.

Plateforme Web permettant de soumettre des idées sur un projet de recherche clinique ou non clinique donné pour évaluer un composé de Bayer et éventuellement découvrir un nouveau traitement pour les patients.

Recherche de nouveaux anticorps en lien avec les domaines de l’oncologie, de la cardiologie (y compris des maladies rénales), de l’hématologie, de l’ophtalmologie ou de la gynécologie, qui visent sélectivement une cible ou une voie donnée.

Soutient les technologies novatrices visant à accroître la production dans le secteur des sciences de la vie.

Financement visant à développer les pistes liées à des petites molécules jusqu’à obtenir un candidat-médicament dans le domaine de la santé animale.

Simulateur de chirurgie en 3 dimensions
Les initiatives de Bayer donnent lieu à des avancées comme ce simulateur de chirurgie en 3 dimensions.

L’innovation chez Bayer : de l’espoir grâce à HYPE

En mai dernier, le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) a annoncé le lancement d’un simulateur de chirurgie en trois dimensions, premier du genre, qui permet aux médecins de s’exercer à effectuer la chirurgie thoracique complexe que doivent subir de nombreux patients atteints d’hypertension pulmonaire thromboembolique chronique (HPTEC), une maladie rare et invalidante causée par des caillots de sang chroniques dans les poumons.

Cette avancée médicale a été possible grâce à la collaboration du CNRC et d’Antonio Ciaccia, chef, Affaires médicales – Médecine cardiovasculaire, ainsi que de Sahar Javaherian, conseillère médicale/scientifique chez Bayer Inc. L’idée a été soutenue en partie par l’intermédiaire du programme interne de soutien à l’innovation de Bayer, nommé HYPE. Le programme HYPE encourage les employés à partager leurs idées novatrices basées sur la technologie, et celles qui présentent le plus grand potentiel pourraient être admissibles à du financement.

Le simulateur de chirurgie est déjà utilisé pour aider les médecins à se préparer à cette intervention difficile, ce qui pourrait éventuellement améliorer la qualité de vie de milliers de patients canadiens.

Où sont-ils maintenant?

Mise à jour sur Amina Health et HelpWear, deux entreprises canadiennes novatrices dans le domaine de la santé numérique.

Amina Health

Bobby Green et l’équipe d’Amina Health.

Les bureaux de Velocity « abritent » les six-et-plus employés d’Amina Health.

Située à Kitchener, Amina Health compte six employés et recherche actuellement de nouvelles recrues. L’entreprise poursuit ses efforts en vue d’obtenir l’approbation réglementaire de son dispositif expérimental d’analyse des taux de vitamines. Elle a récemment commencé à accepter des demandes dans le cadre de son programme d’accès élargi afin de procéder à des essais bêta, une étape importante du processus.

HelpWear Technologies

L’équipe de HelpWear.
L’équipe de HelpWear prend un moment pour célébrer.

Basée à Toronto, HelpWear compte huit employés. L’entreprise a établi un partenariat clinique avec l’hôpital St. Michael’s par l’intermédiaire de Biomedical Zone, un incubateur collaboratif conjoint de l’Université Ryerson et de l’hôpital St. Michael’s. Le premier produit de HelpWear, la montre HeartWatch, fera bientôt l’objet d’essais cliniques.

Des chiffres sur innovation ouverte

Des chiffres sur innovation ouverte